Rechercher

Atelier sur la prise de parole et posture : promouvoir le leadership féminin.

Dernière mise à jour : 27 mars


L’atelier intitulé « Prise de parole et posture » a été pensé et organisé par Fatoumata Kane Ki-Zerbo, Directrice de l’espace Lakalita, afin de « permettre une conduite thérapeutique de certaines problématiques liées à la confiance en soi en lien avec la timidité, le poids familial etsocial, la phobie sociale, la question de fiabilité, la communication à effet paravent ou diversion. » Animé par Yvonne Ouattara, psychologue, et Safoura Kaboré, actrice-comédienne, cet atelier conçu autour d’un programme nommé « Trouver l’harmonie », était reparti en quatre (4) séances de deux heures. Il a débuté le 9 octobre 2021 avec la session « Clarté et action », au cours de laquelle le travail a été fait sur la gestuelle, la qualité de la voix, le contact visuel et l’utilisation des arguments. Ensuite, on a eu la session « Se défaire de l’anxiété sociale », le 16 octobre, où il était question de combattre le stress qui est souvent un facteur de blocage de la relation, de travailler la communication non-verbale et le langage corporel. Le 23 octobre, il s’agissait de « Maîtriser la prise de parole » en soignant l’apparenceet en adoptant la bonne posture. Et tout s’est refermé samedi le 30 octobre, avec la séance « Se propulser et s’épanouir », qui était consacrée à l’acquisition de certaines techniques pouvant contribuer à réussir sa communication : la position du visage, le regard, le sourire, lessilences, la dimension vocale, le sens et le poids des mots.



La particularité de l’atelier « Prise de parole et posture » c’est qu’il était exclusivement réservéaux femmes, une façon de leur permettre « d’améliorer et renforcer leur communication et leur confiance en soi ». A l’issue de cet atelier sanctionné par la remise des certificats, la satisfaction des participantes était palpable. Yvonne Ouattara, en tant que l’une des animatrices de l’atelier, nous livre ses impressions : « cet atelier est né de la passion de Lakalita pour les questions autour des femmes et l’impression que j’ai eue c’est que cette passion a vraiment été communiquée aux participantes. Elles ont été d’entrée de jeu dans le bain et elles se sont investies totalement pendant l’atelier. Il me semble que chacune d’entre elles y a trouvé son compte, y a trouvé de l’écoute et un espace pour s’exprimer. » Safoura Kaboré nous a également fait part de la satisfaction de ces femmes, en nous confiant qu’elles en redemandaient encore et estimaient que le temps fixé était insuffisant. Selon elle, voir les participantes avec du sourire aux lèvres est une preuve que l’objectif a été atteint : « en tant qu’animatrice, je suis très contente pour cet atelier. Je pense que nous avons atteint l’objectif.Et l’objectif voulu était d’amener les femmes à s’épanouir, à s’ouvrir, à s’assumer, à se questionner sur leur vie, sur le monde, sur leur quotidien, sur leurs projets et à prendre confiance en elles. » D’autant plus que cet atelier était une occasion pour les femmes de se retrouver entre elles, et de permettre que « la prise de parole que ce soit en milieu public, quece soit en milieu interne, puisse être possible pour les femmes parce qu’on est dans des contextes de vie où prendre la parole en public n’est toujours pas chose évidente pour une femme […] Moi, ça m’a fait du bien. Ça a été un bonheur énorme. J’ai donné et j’ai appris. J’ai donné et j’ai reçu. J’ai donné de mon art, de mon travail et j’ai reçu de leur humanité, de leur affection, de leur disponibilité, de leur écoute, de leur besoin, de leur envie de faire bouger les choses en elles », poursuit-elle.



Proposer un espace d’expression pour les femmes et un ensemble d’outils susceptibles de les amener à surmonter les difficultés qu’elles peuvent rencontrer pendant leurs prises de parole, est indéniablement une contribution de renforcement du leadership féminin. La femme, généralement confrontée à d’énormes défis liés à sa condition de femme, a toujours à cœur de démontrer qu’elle a les mêmes chances que les hommes, bien qu’étant dans une société phallocratique où la gent masculine tient les rênes du pouvoir. Les femmes font de plus en plus partie de la classe dirigeante, elles occupent désormais de grands postes de responsabilité qui les obligent à faire des discours, elles sont fréquemment appelées à prendre la parole, à donner leurs avis sur des sujets importants de la société, à se faire écouter de façon générale. Pour cela, il faudrait s’armer de tous les outils possibles pour continuer à faire évoluer le processus d’émancipation enclenché depuis des décennies, d’où l’importance d’un tel atelier qui permet de se débarrasser de certains blocages qu’elles rencontrent au quotidien. Comme l’affirme Ivonne Ouattara, « l’impact que peut avoir un tel atelier sur le leadership féminin c’est de permettre aux femmes de prendre confiance dans leurs capacités, dans leurs aptitudes, dans leur style de communication et faire confiance à leur propre style de communication. Dans ce sens, c’est un atout extrêmement important qui valorise les femmes et qui valorise donc le leadership féminin. »




Boris Noah






#Arturbain #Couleurs #Ville #Urbanisme

0 vue0 commentaire